Les consultations
Consulter Allah (s.w.t.) et consulter les croyants.

Sache que consulter ces frères croyants est l’une des choses les plus importantes, elle a été confirmée dans le Coran et les hadiths à plusieurs reprises.

 

Allah dit :[38. Ceux qui répondent à l'appel de leur Seigneur, accomplissent la Salat, se consultent entre eux à propos de leurs affaires et dépensent de ce que Nous leur attribuons]

 Sourate «  choura » verset 38.

 Dans ce verset la consultation avec les croyants est claire …

  • Le Prophète (s.a.w.s.) a dit : « consulter un sage, un conseillé est une droiture, une orientation dans la bonne voie et un bienfait d’Allah Le puissant Le grand ».

  • Le Prophète (s.a.w.s.) a dit : « il n’est pas de soutient plus sûr que la consultation et d’intelligence plus élevé que la méditation ».

  • L’Émir des croyants (a.s.) a dit : « est un danger pour lui-même celui qui s’abstient » (des conseils).

  • L’imam Sadiq (a.s.) a dit : « la consultation ne peut se faire qu’avec ses quatre principes, sans les connaitre elle sera plus mauvaise qu’avantageuse pour celui qui demande :

 Le premier : que celui à qui tu demandes soit intelligent

Le deuxième : qu’il soit sans emprise, libre et pieux

Le troisième : qu’il soit véridique et fraternel

Le quatrième : que tu lui dévoiles tous tes secrets jusqu'à ce qu’il est pris connaissance des même choses que toi sur le sujet pour lequel tu le consultes, lui gardera secret toutes ces choses et les dissimulera. Si il est intelligent tu tireras profit de son conseil ; si il est libre, sans contrainte et pieux, il s’appliquera à te donner le meilleur conseil, si il est véridique et fraternel, il dissimulera les secrets que tu lui a confié, c’est seulement si tu lui confies tous tes secrets que sa connaissance sera comme ta connaissance sur le sujet, alors la consultation pourra se faire et le conseil sera entier ».

 

  • L’imam Sadiq (a.s.) rapporte que l’on a demandé au Prophète (s.a.w.s.)  « c’est consulter les sages Il répondit (s.a.w.s.) :: qu’est-ce que la décision ferme ? La détermination ? (les doués de discernements) et les suivre ».

 

  • L’Imam Sadiq (a.s.) a dit : « consulter un sage, un conseillé est une droiture, une orientation dans la bonne voie et un bienfait d’Allah Le puissant Le grand, si un conseillé intelligent t’a orienté prends garde à ne pas aller à l’encontre de son avis tu n’y trouveras que désolation ».

 

  • L’Émir des croyants (a.s.) a dit : « consultez ceux qui craignent Allah, et aimez vos frères à l’égale de leurs foi … ».

 

  • L’imam Sadiq (a.s.) a dit : « consultez parmi les hommes les doués de raison pieux, ils n’ordonnent que le bien et prenez garde à ne pas contredire leurs avis, les contredire est une désolation dans ce monde et dans l’autre ».

 

  • L’imam Sadiq (a.s.) a dit : «  si tu désires qu’Allah répande ses bienfaits sur toi, que tes espoirs se réalisent et que ta vie soit meilleur alors ne consulte pas quelqu’un sous l'emprise d'un autre et quelqu’un de ce monde ».

 

  • Le Prophète (s.a.w.s.) a dit : «  ne consultez pas les peureux, ils te restreindront les issues les plus larges, ni un avare, il t’empêchera d’atteindre ton but, ni une personne avide de ce monde, il t’embellira le plus mauvais des avis ».

 

  • L’imam Sadiq (a.s.) a dit : « si l’un d’entre vous désire se lancer dans une chose, qu’il ne demande à personne avant d’avoir consulté Allah - le Très-Haut - pour son affaire », nous demandâmes alors : et comment consulte-t-il?, Il répondit (a.s.) : « il consulte Allah en premier et ensuite prend conseil, si il commence par consulter Allah, alors Allah fera apparaitre le bien sur la langue de celui qu’Il aime parmi ses créatures ».

 

  • L’imam Sadiq (a.s.) a dit : consulté ton Seigneur », je lui ai alors demandé : comment consulter mon Seigneur ?, Il me répondit  (a.s.) : « dis : « astakhiroullah » cent fois, ensuite consulte les gens, Alors Allah placera le bien sur la langue de celui qu’il aime ».  « si tu désires te lancer dans une chose, ne consulte personne avant d’avoir



  • Selon un hadith attribué au Prophète (s.a.w.s.) : “Si tu veux tirer présage du Livre d’Allah - Il est Puissant et Sublime, récite la sourate al-Ikhlass (=qoul houwAllahou Ahad…) 3 fois, puis dis 3 fois :


Et ensuite fais l’invocation suivante:


Après quoi ouvre le Coran et tire présage de la première ligne de la page de droite”

 

Tiré de Mafâtîh, 2e partie, op. cit. pp. 160-161.

 

  • Selon l’Imam Al-Sadiq (a.s.) si quelqu’un veut faire l’istikhârah dans le Noble Livre, qu’il dise :


Suivi de l’invocation suivante :



Puis, il doit ouvrir le Coran au hasard, compter à partir de la partie ouverte 6 feuilles suivantes. Et sur la septième feuille, il doit lire ce qui suit les six premières lignes, le présage concernant l’objet de son istikhârah.


Tiré de Mafâtîh, 2e partie, op. cit. p. 161.

 

 


Si on se trouve dans une situation où il est difficile de prendre une décision ou d’entreprendre une action, on peut recourir à l’istikhârah, c’est-à-dire demander l’aide d’Allah pour nous guider. Une des manières de solliciter l’assistance divine consiste à prendre six morceaux de papier: sur 3 d’entre eux on écrit la formule :


à la place de dire «لِفُلانِ بْنِ فُلانِ », mentionnez le nom de la personne pour qui l’istikhârah est fait.  

Et on écrit dans les trois autres papiers :


À la place de dire «لِفُلانِ بْنِ فُلانِ », mentionnez le nom de la personne pour qui l’istikhârah est fait.  

Puis, on plie les six papiers, on les dépose sous la natte de la prière et on accomplit deux rak‘ats de prière. Tout de suite après on fait une prosternation dans laquelle on récite cent fois:


Puis on redresse le buste pour rester assis et on récite la formule :


Après quoi on mélange bien les morceaux de papier pliés et on en ramasse trois un par un. Si les trois premiers papiers ramassés portent tous la mention “إِفْعَل”, cela signifie qu’il faut faire l’action pour laquelle on a sollicité l’aide d’Allah, et si tous les trois portent la mention “لا تَفْعَل”, on doit s’en abstenir. Mais si le premier papier tiré à la mention “إِفْعَل”, le second “لا تَفْعَل”, on doit en tirer encore trois un par un. Si sur les cinq papiers tirés trois portent la mention “إِفْعَل” et deux “لا تَفْعَل”, il faut accomplir l’action concernée, dans le cas contraire il faut s’en abstenir.

Il est à noter que “istikhârah” signifie la demande du bien. Lorsqu’on veut faire quelque chose on demande à Allah de nous guider dans notre choix. Selon le Hadith, on sollicite la guidance d’Allah dans de telles situations lors de la dernière prosternation de la prière surérogatoire de la Nuit (Salât-ul-layl) en récitant cent fois :


de même il est recommandé de faire l’istikhârah lors de la dernière prosternation de la prière surérogatoire du matin, ainsi que dans chacune des rak‘ats des prières surérogatoires de midi. 

 

Tiré de mafâtîh, 2e partie, op. cit. pp. 73-74.

 

 


  • Selon des Récits, l’Imam Al-Mahdi(a.s.) faisait l’istikhârah par le chapelet. Cette méthode consiste à réciter d’abord, trois fois :


Et à fixer ensuite une partie quelconque du chapelet avec une main et une autre avec l’autre main, puis à dévider deux par deux les grains compris entre les deux mains. Si à la fin il reste un grain, le résultat est bon (cela signifie qu’il faut accomplir l’action pour laquelle on a sollicité l’aide d’Allah) et si il en reste deux, le résultat est mauvais (il faut s’abstenir de l’action projetée).

 

Il y a une autre variante de cette méthode. Elle consiste à réciter tout d’abord une sourate quelconque du Coran suivi d’une invocation quelconque, puis à poser la main à un endroit du chapelet et à en dévider les grains à partir de cet endroit huit par huit. Si à la fin il reste un grain, le résultat est considéré comme bon en général. S’il en reste deux, cela équivaut à une interdiction (d’exécuter l’action projetée). S’il en reste trois, le résultat est neutre (on peut indifféremment faire ou ne pas faire l’action projetée). S’il en reste quatre, cela équivaut à deux fois l’interdiction (interdiction confirmée). S’il en reste cinq, cela signifie que l’exécution de l’action projetée comporte la fatigue ou le blâme. S’il reste six grains, cela signifie que le résultat est très bon et qu’il faut accomplir l’action projetée sans tarder. S’il en reste sept, le résultat est identique au cas de figure où il en reste cinq (fatigue ou blâme). Et s’il en reste huit, cela signifie que l’interdiction d’exécuter l’action projetée est confirmée quatre fois.      

 

Tiré de mafâtîh, 2e partie, op. cit. p. 74.

 

 


  • Selon un hadith attribué à l’Imam Al-Mehdi (a.s.), pour faire l’istikhârah, on récite au moins une fois (sinon 10 fois, ou à défaut 3 fois) la sourate al-Hamd (al-Fâtihah), puis 10 fois la sourate al-Qadr (= sourate 97), et ensuite 3 fois l’invocation suivante :


Ensuite, on forme mentalement l’intention et on délimite au hasard une portion du chapelet. Si le nombre de grains est pair, le résultat est négatif (il faut abandonner le projet) et s’il est impair, le résultat est positif (on peut exécuter le projet), ou vice versa, selon la règle qu’on se fixe préalablement.


Tiré de mafâtîh, 2e partie, op. cit. p. 161.





  • Jâbir Ibn ‘Abdullâh témoigne: Le Messager d’Allah (s.a.w.s.) nous apprenait l’istikhârah comme il nous apprenait une sourate coranique.  Il (s.a.w.s.) disait:

«Si l’un de vous a une décision à prendre, qu’il accomplisse deux rak‘ats de prière recommandée, puis qu’il dise: “Ô Allah !  Je Te consulte par Ta Science, je fais appel à Ton Pouvoir, et je Te demande de Ta Grâce grandiose - car Toi, Tu as le Pouvoir, moi non, Toi, Tu es Omniscient, moi je ne sais rien, Tu es le Connaisseur des Mystères. Si Tu vois que cette affaire (mentionnez la décision qui vous préoccupe) est bien pour moi, relativement à ma Religion, à ma vie et à mon destin, fais qu’elle soit à ma portée, facilite-la et bénis-la pour moi, et si Tu vois qu’elle est un mal pour moi relativement à ma Religion, ma vie ou mon destin, écarte-la de moi et écarte-m’en, et dirige-moi alors vers le bien là où il se trouve, puis fais-m’en satisfait».

 

Tiré de mafâtîh, 2e partie, op. cit. p. 161.


 Istikhârah ou présage par le Coran

اَللَّهُمَّ صَلِّ عَلَى مُحَمَّدٍ وَآلِ مُحَمَّدٍ

تَوَكَّلْتُ عَلَيْكَ فَاَرِني مِنْ كِتابِكَ ما هُوَ مَكْتُومٌ مِنْ سِرِّكَ الْمَكْنُونِ في غَيْبِكَ

بِسْمِ اللهِ الرَّحْمَنِ الرَّحيمِ

 إِنْ كانَ في قَضائِكَ وَقَدَرِكَ أَنْ تَمُنَّ عَلَى شيعَةِ آلِ مُحَمَّدٍ عَلَيْهِمُ السَّلامُ بِفَرَجِ وَلِيِّكَ وَحُجَّتِكَ عَلَى خَلْقِكَ فَأَخْرِجْ إِلَيْنا آيَةً مِنْ كِتابِكَ نَسْتَدِّلُ بِها عَلَى ذَلِكَ


 La Prière de l’Istikhârah au tirage au sort

بِسْمِ اللهِ الرَّحْمَنِ الرَّحيمِ خِيَرَةٌ مِنَ اللهِ الْعَزيزِ الْحَكيمِ لِفُلانِ بْنِ فُلانِ: إِفْعَل

بِسْمِ اللهِ الرَّحْمَنِ الرَّحيمِ خِيَرَةٌ مِنَ اللهِ الْعَزيزِ الْحَكيمِ لِفُلانِ بْنِ فُلانِ:لا تَفْعَل

أَسْتَخيرُ اللهَ بِرَحْمَتِهِ خِيَرَةً في عافِيَةِ

اَللَّهُمَّ  خِرْلي وَاخْتَرْلي في جَميعِ أُمُوري في يُسْرٍ مِنْكَ وَعافِيَةِ

أَسْتَخيرُ اللهَ بِرَحْمَتِهِ


 D’autres méthodes de faire l’Istikhârah

اَللَّهُمَّ صَلِّ عَلَى مُحَمَّدٍ وَآلِ مُحَمَّدٍ


Istikhârah par le chapelet et le nombre

اَللَّهُمَّ إِنّي أَسْتَخيرُكَ لِعِلْمِكَ بِعاقِبَةِ الأُمُورِ وَأَسْتَشيرُكَ حُسْنِ ظَنّي بِكَ فِي الْمَأْمُولِ وَالْمَحْذُورِ


L’Istikhârah d’après le Prophète (s.a.w.s.)